Rêver de couleurs avec Kawase Hasui

Kawase Hasui 川瀬巴水 (1883-1957). Ce nom ne vous est peut-être plus étranger. Pour ma part, je l’ai découvert en 2017, à l’occasion d’une petite exposition estivale du musée Guimet. Celle-ci était dédiée à l’estampe de paysage et utilisait le nom de Hasui comme accroche. Paysages japonais, de Hokusai à Hasui. J’étais alors tombée en admiration devant deux de ses œuvres : « Après-midi au pont Ninobashi, à Azabu » (1921) aux tonalités claires et printanières, et « Vue du temple Zôjôji sous la neige » (1953), évocation sublime toute de blanc et de rouge. L’exposition permettait au musée de mettre en avant les estampes de Hasui achetées récemment, et marquait une inflexion notable dans la politique d’acquisition de l’institution.

J’ai revu ensuite Hasui dans la grande exposition de la fondation Custodia, Vagues de renouveau – Estampes japonaises modernes (1900-1960), qui s’est tenue à la fin de l’année 2018. Elle mettait en valeur des estampes méconnues du grand public occidental tant l’estampe est associée sous nos latitudes aux grands maîtres des XVIIIe et XIXe siècles.
Enfin, je l’ai recroisé dans une autre exposition du musée Guimet, – encore lui ! -, consacrée cette fois à un symbole sacré du Japon, Fuji, pays de neige (15 juillet – 12 octobre 2020). Et une nouvelle occasion pour le musée de présenter de récentes acquisitions.
Bref, vous l’aurez compris, je suis tombée sous le charme des œuvres de ce maître coloriste qui gagnerait à être davantage connu.

Des estampes au XXe siècle ?

Si je vous parle d’estampe (hanga 版画), vous penserez très probablement aux « images du monde flottant » (ukiyoe 浮世絵) peintes entre les XVIIe et XIXe siècles. Dans l’imaginaire collectif, ce sont des thématiques bien précises qui surgissent.
Les portraits de belles femmes (bijinga 美人画) d’Utamaro Kitagawa 喜多川歌麿 (1753-1806).
Les acteurs de kabuki et les lutteurs de sumô du mystérieux Sharaku Tôshûsai 東洲斎写楽 (actif en 1794-1795).
Les guerriers flamboyants de Kuniyoshi Utagawa 歌川国芳 (1798-1861).
Les vues d’Edo de Hiroshige Andô 安藤広重 (1797-1858).
Ou encore les différentes représentations du mont Fuji par Hokusai Katsushika 葛飾北斎 (1760-1849).
Le summum des belles références !

Et après ? Plus rien. Comme si le monde de l’estampe s’était évaporé, une fois passé cet âge d’or. Il est vrai que l’ouverture forcée du Japon sur l’étranger à partir de 1854, et accentuée sous l’ère Meiji (1868-1912), révolutionne le pays, et ce dans tous les domaines : politique, juridique, militaire, artistique. Les artistes s’initient à d’autres techniques et découvrent des milieux culturels aux organisations bien différentes des leurs. Pourtant, l’estampe japonaise n’est pas abandonnée, même si elle subit de profondes mutations, notamment dans ses thèmes de prédilection. Et ce sont deux courants majeurs qui finissent par dominer la scène entre 1900 et 1960, celui de la nouvelle estampe et celui de l’estampe créative.

La nouvelle estampe

La nouvelle estampe (shin hanga 新版画) voit le jour sous l’influence d’un éditeur, Shôzaburô Watanabe 渡辺庄三郎 (1885-1962). Celui-ci fait revivre l’estampe et le mode de travail traditionnel connu jusqu’à alors, avec le quator bien établi : artiste, graveur, imprimeur et éditeur. Mais un quator qui réinvente les thèmes traditionnels de l’estampe, notamment celui du paysage, alors en pleine mutation dans les villes qui s’industrialisent au début du XXe siècle. C’est à ce mouvement qu’est rattaché son plus illustre représentant, Kawase Hasui, ainsi que d’autres artistes majeurs tels que Shinsui Itô 伊東深水 (1898-1972) ou encore Kotondo Torii 鳥居言人 (1900-1976) qui étaient tous deux connus pour leur portrait de femmes. Shirô Kasamatsu 笠松紫浪 (1898-1991) y fut un temps rattaché.

L’estampe créative

Un mouvement plus avant-gardiste, dite de « l’estampe créative » (sôsaku hanga 創作版画), apparaît également à cette époque. Il est davantage influencé par les méthodes occidentales de travail, plus individualistes, où l’artiste joue un rôle central en gardant la main sur toutes les phases du processus de création. Celui-ci devient ainsi dessinateur, graveur et imprimeur, ce qui est une vraie révolution pour l’époque ! Citons parmi ses représentants Kôshirô Onchi 恩地孝四郎 (1891-1955) et sa tendance à l’abstraction et Kanae Yamamoto 山本鼎 (1882-1946) qui étudia la gravure en France.

Impression d’une violoniste (portrait de Suwa Nejiko)
de Kôshirô ONCHI
(1946 – musée Nihon no hanga, Amsterdam)

Un peintre du paysage, maître de la couleur

Une vie dédiée à la peinture

De son vrai nom Bunjirô Kawase 川瀬文治郎, Hasui voit le jour en 1883 au cœur de Tokyo, dans le quartier de Shiba, devenu aujourd’hui l’arrondissement de Minato. Il est le fils aîné d’un fabricant de cordes, et de ce fait doit succéder à son père à la tête de l’entreprise familiale.

Cependant, deux évènements malheureux influent très tôt sur le cours de sa vie.
Le premier est la grave maladie dont il est atteint dans sa jeunesse et qui lui laisse de sévères séquelles. Après avoir été soigné, il est envoyé en convalescence chez sa tante à Shiobara 塩原, région montagneuse au nord de Tokyo, dans l’actuelle préfecture de Tochigi. Ce séjour dans les montagnes se renouvelle durant la guerre du Pacifique. Ces paysages le marquent alors profondément au point d’en devenir le sujet principal d’un certain nombre de ses estampes. Tout au long de sa vie, Shiobara, lieu refuge, revient régulièrement sous différentes formes dans sa production.

Estampe de gauche : « Shiogama, Shiobara » (1918)
Don de la Société des amis du musée Guimet en 2017 (Photographie disponible sur Wikimedia)

C’est par l’intermédiaire de son oncle maternel, l’écrivain et journaliste à succès de l’ère Meiji, Robun Kanagaki 仮名垣魯文 (1829-1894), qu’il est introduit dans le monde des arts. Son père se montre alors opposé à son projet de devenir artiste, mais la faillite de l’entreprise familiale en 1908 l’émancipe de son destin tout tracé de fils aîné et lui permet d’embrasser la carrière de son choix.
Il entreprend des études tournées vers la peinture de style occidental où il a notamment pour professeur Ryûsei Kishida 岸田劉生 (1891-1929). Puis il intègre l’atelier d’un peintre de nihonga 日本画, Kiyokata Kaburaki 鏑木清方 (1878-1972), qui joue alors un rôle de passeur auprès de ses disciples. Hasui débute sa carrière professionnelle comme illustrateur et travaille pour différents types de clients (grands magasins, revues). Il touche également à la publicité et à l’illustration de livres.

Rencontre avec Shôzaburô Watanabe

Mais c’est la rencontre décisive en 1916 avec l’éditeur Shôzaburô Watanabe, initiateur du mouvement de la nouvelle estampe, qui le lance véritablement. Elle marque le début d’une collaboration fructueuse entre les deux hommes qui va durer jusqu’à la mort de Hasui.
Hasui puise l’essentiel de son inspiration dans les paysages japonais, des paysages marqués par les saisons, vides de toute présence humaine et peu urbanisés : temple dans une clairière enneigée, barque glissant mollement sur l’eau sous un soleil d’été, arbres au feuillage flamboyant d’automne. Il ne réalise que rarement des portraits et les personnages sont le plus souvent absents de ses compositions, ou au mieux réduits à de fines silhouettes solitaires. Et, contrairement à certains de ses compatriotes, il voyage peu à l’étranger.
A côté de l’estampe, il s’essaie également à l’aquarelle comme étude préparatoire lors de ses voyages, ou commande après l’achèvement d’une œuvre.

Kawase Hasui en 1939
(Photographie disponible sur Wikimedia)

Elevé au rang de Trésor national vivant en 1956, il meurt l’année d’après, à l’âge de 74 ans. Il laisse environ 700 estampes, la plupart postérieures à 1923, année du grand tremblement de terre du Kantô qui détruisit son atelier.

Quelques œuvres de Kawase Hasui

Les premières acquisitions du musée Guimet

C’est en 2015 que le musée Guimet acquiert ses premières estampes de Kawase Hasui, signe d’un changement important dans la politique d’acquisition du musée. Celui-ci souhaite diversifier son fonds d’estampe, notamment vers le XXe siècle et le courant dit de « la nouvelle estampe ». Et il continue de le faire aujourd’hui. Penchons-nous sur trois d’entre elles.

Il est relativement rare d’admirer des estampes de Hasui datant d’avant le grand tremblement de terre de 1923. « Pluie du soir sur Matsunoshima » (Matsunoshima no yau 松の島の夜雨) a été réalisé en 1920 et doit beaucoup à une estampe de Hiroshige, « Pluie du soir à Karasaki » (1834-1835). Un arbre immense qui occupe une grande partie du cadrage. Une ambiance aqueuse entre le rideau de pluie et l’eau calme entourant l’île. Une palette de couleurs aux tonalités sombres. La ressemblance est forte entre les deux œuvres.
La deuxième, datée de 1921, s’insère dans une série non achevée, Douze mois de Tokyo, et s’intitule « Après-midi au pont Ninobashi, à Azabu » (Azabu Ninobashi no Gogo 麻布二の橋の午後). Là encore, le cadrage, tributaire des paysagistes du XIXe siècle, détonne, et l’absence de personnages renforce l’impression de vide et de calme : une étrange sérénité s’empare du spectateur à la vue de ce quartier. Mais le traitement de la couleur aux tonalités claires et lumineuses, indique déjà un changement dans le style de Hasui.

Vue du temple Zôjôji sous la neige
(1953 – Acquisition Guimet 2015)

« Vue du temple Zôjôji sous la neige » (Zôjôji no yuki 増上寺之雪) date de 1953. Il s’agit d’une commande du Comité de préservation du patrimoine culturel intangible. Le cadrage utilisé pour représenter le célèbre temple de Tokyo impose une vision écrasante du lieu. Celui-ci est coupé et décentré, il domine son environnement. Et, chose rare sous le pinceau de Hasui, c’est un Tokyo urbain et moderne qui apparaît : fils électriques qui coupent l’œuvre en deux, parapluies et habits occidentaux des personnages. Quant au traitement des couleurs, il n’a plus rien à voir avec ses œuvres de jeunesse.

Si ses premières estampes sont tributaires de l’influence de Hiroshige, Hasui s’émancipe progressivement de l’héritage du XIXe siècle. Le travail qu’il entreprend sur la couleur le distingue alors de ses pairs. Au fil des ans, ses estampes font davantage penser à la ligne claire de la bande dessinée européenne. Et certains de ses paysages pourraient être facilement insérés dans un film d’animation japonais. C’est peut-être une des clés de son succès d’aujourd’hui, une modernité technique qu’il incarne bien malgré lui, plongé qu’il est dans des visions du Japon d’autrefois.

Aller plus loin et se faire plaisir

Il suffit de taper le nom de Kawase Hasui dans un moteur de recherche pour se rendre compte de la popularité actuelle de ses œuvres. Et constater que ses magnifiques estampes sont visibles sur plusieurs sites.
Celui de Google Arts & Culture en compte ainsi plus d’une centaine. Les estampes viennent majoritairement de la Freer Gallery of Art et de la Galerie Arthur M. Sackler, qui forment les musées nationaux de l’art asiatique de la Smithsonian Institution de Washington. D’autres se trouvent au Rijksmuseum (Amsterdam) et au musée des antiquités de l’Extrême-Orient (Stockholm).
La Bibliothèque nationale de la Diète (Kokuritsu kokkai toshokan 国立国会図書館) a numérisé un certain nombre de livres sur Hasui, dont un ouvrage datant de 1935. Ce dernier regroupe plus d’une centaine de ses estampes : un vrai bonheur pour les yeux comme le prouvent les quelques exemples ci-dessous !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *